Cabinet de médecine intégrative

Bienvenue sur le site des médecines intégratives

maladie de Gilbert | Cabinet de médecine intégrative


La maladie de Gilbert


Définition :

La maladie de Gilbert est une maladie issue d’une anomalie génétique qui touche environ 6% de la population masculine et féminine. Cependant les porteurs de l’anomalie ne manifestent pas tous des symptômes. Une hyperhémolyse associée va générer des symptômes d’intoxication par surcharge sanguine de bilirubine libre. Des facteurs comportementaux sont également nécessaires pour qu’elle se manifeste effectivement par des symptômes bénins ou handicapant.

Cette maladie induit une concentration trop élevée de bilirubine « libre » et toxique dans le sang. Cette bilirubine libre est un produit naturel de dégradation des globules rouges, mais son taux de concentration trop élevé empêche le foie de la transformer en bilirubine conjuguée et non toxique.

Symptômes caractéristiques :

  • Jaunisse
  • Fatigue, voire crises de grosse fatigue
  • Nausées
  • Douleurs abdominales, troubles digestifs
  • Constipation
  • Maux de tête
  • Insomnies, troubles du sommeil
  • Crises déclenchées par : manque de sommeil, contrariété, excès alimentaires forts maux de tête avec ou sans vomissements
  • Dépression
  • Picotements dans les mains
  • Picotements au niveau du coeur


Rapporté fréquemment : Fatigue, épuisement, cerveau embrumé, mal de tête, mauvaise mémoire, étourdissement, dépression, irritabilité, anxiété, nausées, perte d'appétit, syndrome du colon irritable, douleur à l'estomac et crampes, douleur au foie et vésicule biliaire (intercostal), douleur au ventre, tremblements, démangeaisons, jaunisse.

Rapporté souvent : Insomnie, difficulté de concentration, attaque de panique, hypoglycémie, réaction à la nourriture, intolérance aux hydrates de carbone, intolérance à l'alcool, diarrhée, ballonnements, manque de souffle ou respiration laborieuse, palpitations cardiaques, muscles douloureux, douleurs articulaires, impression de ne pas être présent, fourmillements, faiblesse, sensibilité aux produits chimiques, perte de poids, se sent toujours malade.

Rapporté assez souvent : Difficulté à trouver les bons mots, se sentir ivre, vomir, intolérance à la nourriture grasse, gueule de bois puissante, reflux gastrique, soif excessive, douleurs à la poitrine, mains et pieds froids, allergies environnementales, ganglions lymphatiques enflés, impression toxique (sensation générale d'être intoxiqué), goût amer ou métallique dans la bouche, douleurs oculaires.

Rapporté occasionnellement : Attaques de panique, changements d'humeur, comportement antisocial, intolérance aux drogues, constipation, selles pâles, indigestion, douleurs dorsales, peau sèche, frilosité, température corporelle basse, peau pâle, faible poids, transpiration nocturne, transpiration excessive, faiblesse du système immunitaire, mal de gorge ou gorge sèche, sensibilité à la lumière, yeux rouges.


Facteurs d’aggravation des symptômes :

  • Aliments : nourriture épicée, piments, glaces, chocolat, sucreries, nourriture grasse, laitages, beurre, mayonnaise, oeufs, chips, fritures
  • Excitants : alcool, tabac, café
  • Effort physique intense
  • Stress
  • Fièvre
  • Infection banale
  • Jeûne prolongé
  • Intervention chirurgicale
  • Dépression

Médicaments à éviter :
  • Paracétamol
  • Codéine
  • Irinotécan, utilisé dans le traitement de certains cancers colorectaux métastasiques de l’adulte
  • Indinavir©, utilisé dans le traitement au VIH
  • Kétoconazole, un antifongique, diminue l’expression de l’UGT1A1

Complications :
lithiases biliaires

Facteurs d’amélioration des symptômes :
  • Alimentation équilibrée riche en anti-oxydant (fruits)
  • Éviter de jeûner
  • Prendre de petites collations durant la journée
  • Modérer voir éviter la consommation d’alcool
  • Modérer la consommation des graisses (viande de porc, saumon, beurre, chips, noix, cacahuètes, etc.)
  • Consommer des Oméga 3 lors du repas du soir
  • Faire régulièrement des cures de drainage du foie et de la vésicule biliaire
  • Éviter de pratiquer un sport trop intensivement
  • Boire régulièrement durant la journée
  • Pratiquer régulièrement des techniques de relaxation

Sources : Fondation Kousmine